Le Père Lachaise : cimetière et jardin public

Pendant des siècles, la règle générale des inhumations catholiques à Paris était la fosse commune dans le cimetière paroissial (et pour les privilégiés à l’intérieur de l’église). Cet entassement de corps se faisait au mépris de toutes les règles d’hygiène et de salubrité. Le Père-Lachaise a offert une autre solution.

Par Michel Faul*

L’écroulement d’une fosse commune du cimetière des Innocents dans la cave d’une maison adjacente en 1780 facilita une prise de conscience du problème. Les millions d’ossements de ce cimetière furent entreposés dans d’anciennes carrières dites «Catacombes» et une réflexion sur l’ouverture de cimetières à la périphérie de la capitale fut lancée. Après maintes tergiversations, c’est finalement le Premier consul Bonaparte qui décida la création de trois cimetières, au Nord, à l’Est et au Sud de Paris. Le préfet Frochot acheta notamment le «domaine de Mont-Louis» qui avait été de 1626 à 1762 propriété des Jésuites. En 1676, le père de La Chaise, confesseur et conseiller de Louis XIV, y avait édifié une demeure pour le repos des pères, au sein de laquelle il disposait d’un appartement (…)

Pour lire la suite de l’article, achetez en ligne en version papier ou en version numérique Paris de Lutèce à nos jours n°18 sur hommell-magazines.com

*Retrouvez Michel Faul en organisant, entre amis, une visite d’un quartier mythique de Paris dans l’esprit du magazine.  Consultez http://paris-visites.wixsite.com/paris-visites.

Les commentaires sont fermés.